// Un petit mot sur Lupin – dans l’ombre d’Arsène (Partie 1) par Axlstone

Dans un premier temps, je trouve les critiques qui pensent qu’Omar Sy ne ferait pas un bon Arsène Lupin parce qu’il est noir ne sont pas pertinentes.

Omar Sy, par son caractère et son empathie, possède toutes les qualités pour interpréter un voleur, gentleman, redresseur de torts. Et quand bien même, si l’on se penche sur le scénario 30 secondes, la série raconte l’histoire d’un enfant qui a perdu son père et qui se réfugie dans les romans de Maurice Leblanc pour surmonter son deuil. Donc, ce n’est pas une modernisation, mais une histoire complètement nouvelle qui s’inspire des romans (et dont le héros lui même s’inspire).

Que diraient les « puristes » en voyant le petit-fils japonais repris en manga et animé (Lupin III : The First) 😉 ?

Omar Sy est un des points positifs de la série. L’acteur joue avec malice et on devine son plaisir à jouer dans un registre différent.

Sa relation avec Ludivine Sagnier est assez bien faite et leurs contreparties adolescentes (acteurs et personnages) ont une belle alchimie.

Pour le reste j’ai du mal avec le décalage de la réalisation de Louis Leterrier (un chouette frenchy parti faire des blockbusters aux US) très hollywoodienne (et qui abuse un peu des plans d’ensemble au drône) et les dialogues très « français » où chaque ligne sort de la bouche d’un écrivain mais pas d’un être humain (surtout le méchant qui est très, très mal écrit : il y a une scène nulle et mal jouée avec sa fille qui a occasionné un sourire nerveux chez moi).

Il y a un petit côté « Prison break » / « Ocean’s eleven » dans les premiers épisodes (notamment avec l’épisode en prison, même si l’information obtenue à l’issue de l’aventure était assez évidente). Le personnage d’Assane Diop a bien préparé son coup et toutes les péripéties rencontrées durant son vol ou son évasion ont été anticipées et déjouées. Malheureusement, ça ne concerne que les premiers épisodes.

Et je trouve les enquêteurs de polices trop bêtes pour être crédibles (qui, dans la vraie vie, écrit le nom et le prénom d’un suspect avec un post-it par lettre ? tout ça pour nous montrer que c’est un anagramme ? les flics enquêtent sur un suspect mais n’utilisent presque jamais les éléments du premier vol du bijou..)

A voir si la suite rehausse le niveau d’écriture en ce qui concerne les antagonistes qui sont

  • soit trop monolithique (le méchant est méchant… parce que… il est méchant ?).
  • soit trop bêtes (les flics avec deux de QI, ça enlève tout challenge au héros : « à vaincre sans mérite, on triomphe sans gloire » )

Si ma sympathie pour Omar Sy, Ludivine Sagnier et Louis Leterrier m’a fait passer pas mal de choses dans ces 5 premiers épisodes, il y a trop d’invraisemblances et de paresses d’écriture au niveau du scénario pour que je reste « dedans » si la suite ne s’étoffe pas.

// Les Commentaires par les internautes ;)