Jeux Vidéo  PS5

Sonic Frontiers

Tout le monde parle d’un Sonic « Breath of the Wild ». Si Sonic est passé en monde « ouvert », ca me fait plus penser à « Mario Odyssey ». J’ai le même attrait à faire les puzzles de niveau dans Mario pour chercher les Lunes que dans Sonic pour vider la Map des Souvenirs.

Je ne peux pas vous dire que Sonic Frontiers est un bon jeu. Les game designers lancent des spaghettis sur le mur, ce qui est un bon tests pour savoir si c’est cuit. Mais ils ne prennent pas le temps de voir celles qui collent et celles qui échouent lamentablement sur le sols, faute de temps nécessaire. Faire un Sonic Open world a du aboutir à des questions comme « comment on le remplit », avec des actions spécifiques à Sonic. Et on peut dire qu’ils ont eu beaucoup d’idées et pas beaucoup de temps pour faire le tri (voire en trouver des meilleures par moment).

On sent une Sonic Team qui tente et qui essaie des choses. Et c’est peut être ce qui m’a plu : avoir une proposition originale même si elle est cassée par endroit. Ca m’a plu d’avoir un jeu moins calibré mais qui essaie de faire les choses différemment de ce que propose des jeux comme Ghost of Tsushima et Horizon Zero Dawn. On devine un dichotomie entre la volonté de faire du Sonic, de faire de l’open world mais sans forcément reprendre les codes.

On voit aussi que le jeu est encore au stade « d’ébauche » avec

  • certains mini-jeux ne sont pas amusants du tout,
  • le Niveau 4 (pourquoi ?)
  • la carte ne se dévoile pas de manière « logique » autour du mini jeux que vous venez de faire
  • des rouages pour ouvrir les portails « cyberspace », qui permettent d’obtenir des clés, qui déverrouillent les Chaos Emeralds, qui transforme Sonic pour battre le Boss de l’île. Sans compter les items verts et rouges qui te font monter de l’XP, les Cocos qui te font gagner de la vitesse et les souvenirs qui t’aident à sauver Amy / Knuckles / Tails : OUF ! CA FAIT BEAUCOUP (en fait, ce qui est dérangeant, c’est la répartition « aléatoire » et pas du tout « organique » par les game designers qui ont foutu tout ça en vrac)
  • la pêche avec Big semble être visuellement implémenté à la va-vite pour être une astuce de déblocage (quand ils vous manquent des items de progression, le stage de pêche vous propose d’échanger vos prises contre ce qui vous manque – rouage,clé, items d’XP, de vitesse…)
  • Le fait que rien de tout ça n’est expliqué clairement dans la diégèse du jeu et qu’il faut être attentif durant les temps de chargement pour comprendre les liens entre ce que l’on ramasse et ce à quoi ça sert.

Pour reprendre ma métaphore culinaire : quand ça colle, ça colle fort et certains moments sont assez magiques. Quand on affronte les titans (qui me font penser aux anges d’Evangelion) et les demi-boss (avec des mécaniques de gameplay sympa), quand on part à la chasse des souvenirs dans les niveaux, quand on veut faire un rang S dans un niveau « Cyber Space » (classique style Sonic Generations) et certains mini-jeux (dont certains sont des hommages super cools), on retrouve la patte SEGA.

Je trouve même le jeu joli et intéressant dans la représentations des iles. Sur des screenshots statiques, ça peut faire bizarre, manette en main, ça semble plus « cohérent ».

J’ai fini le jeu à presque 100% et je m’amuse encore a explorer les différentes iles à la recherche des souvenirs, essayer de trouver le chemin adéquats. Mais c’est plus facile avec mes statistiques au maximum et les cartes complètement dévoilées… ce qui pourrait être une piste pour Sonic Frontiers 2 (avec aussi une technique un peu meilleure… sur PS5, la distance d’affichage est limite mais je n’ose pas m’imaginer la version PS4, XBOX one et Switch)

Comme dans les Sonic Megadrive ou dans Adventure, on est récompensé de trouver le bon chemin, de trouver pourquoi il y a un boost, un ressort et de comprendre où ça nous mène.

Je n’ai pas parlé de la musique qui constitue, pour moi, 75% du plaisir que je prends en jouant, avec des choses très diversifiées et très entrainantes (avec aussi des sonorités nostalgiques des années techno transe).

Sonic Frontiers n’est pas un bon jeu, selon les standards de l’industrie, selon ce que nous a habitué le SEGA des années 90, mais derrière le résultat chaotique, on sent une Sonic Team qui essaie de faire quelque chose de nouveau (avec quelque chose de modeste, dans le générique, on passe plus de temps dans la partie doublage, marketing, musique que dans la partie équipe développement).

On croise les doigts pour un Frontiers 2 où les designers auront plus de temps, sauront écouter les retours.

J’ai le sentiment que le jeu a été fait avec du coeur et la volonté de faire portée une nouvelle paire de baskets à Sonic qui en avait déjà des trop usées.

Le site contient

1090
billets Cinéma
80
billets Séries TV
81
billets Jeux Vidéo
16
billets Livres

A propos

La Tematek est la cinémathèque, vidéothèque, ludothèque, bibliothèque de tout ce que j'ai "té-ma". Il s'agit d'un projet de fin d'étude qui a évolué et grandi avec le temps. J'espère que vous trouverez des choses sympas et intéressantes à voir ici. Il s'agit d'un site personnel sans lien ni sponsor avec une marque ou une personne tierce.

// Tematek © 2001-2024 par Axlstone