Jeux Vidéo  PS5

Resident Evil 8 : Village

J’avais bien aimé Resident Evil 7. J’avais peur de la vue à la première personne. Mais le jeu avais réussi à faire la rupture avec les formule Resident Evil 5 et 6 et c’était une bonne idée.

Resident Evil 8 poursuit dans la lignée du 7, avec le retour d’Ethan Winters, désormais marié avec Mia et papa d’une petite Rosemary.

Le début du jeu est vraiment très bon. On avance avec une vraie menace et on arrive dans un village très inquiétant. On retrouve cette sensation de Resident Evil 4 où l’on est étranger dans un monde très hostile.

Dès le début, on commence à voir quelques éléments un peu embêtants :

  • Le craft : au lieu de te donner des potions ou des balles, on te donne la moitié et il faut aller dans l’inventaire pour créer des soins ou des munitions. Ce qui est un peu nul, car on trouve des balles assez régulièrement. Et pour les soins, dans le feu de l’action, il est dommage de devoir faire face à un menu un peu compliqué pour se remettre sur pied.
  • Les barricades : elles étaient présentes dans RE 4 mais, dans ce volet, c’est assez inutile. Il y a une scène de tension mais elle n’est pas au niveau de son prédécesseur.

C’est sympa de retrouver un Ethan plus mobile et plus adroit, d’avoir un jeu plus ouvert et d’aller chercher d’autres éléments de l’horreur que les Zombies.

Ici, on a des éléments qui vont chercher les loups garou, les vampires voire des éléments d’horreur psychologique proche de Silent Hill. Ces trois éléments très réussis correspondent au trois cinquièmes du jeu. Il reste deux niveaux + bosses et un boss final qui constituer les deux derniers cinquièmes du jeu. Etrangement, cette partie semble plus faible. Je ne sais pas si ça a été fini à la va-vite, si les derniers éléments étaient moins bien pensés en amont : on retrouve un peu les parties « insectoide » ou « labo-usine » qui font parti des points faibles de RE4, RE5, RE6.

Et les trois derniers bosses ne sont pas au niveau des deux premiers.

Reste les moments du château et du moulin qui valent le coup et qui sont de bonnes raisons de faire le jeu si on est fan de la série.

On tient jusqu’à la fin pour connaître le sort de la famille Winters, il y a quelques fulgurances de gameplay, on finit le jeu sans déplaisir.

J’attends de voir un jeu full Nouvelle Génération avec le RE engine. Sur PS5, pour un des premiers jeux de la console, ça reste assez prometteur.