Cinéma  En salle

Reminiscence

Lisa Joy est la co-scénariste et créatrice de Westworld. Elle a oeuvré sur plusieurs autre séries en tant que scénariste (je ne connais que Pushing Daisies). C’est son premier film de cinéma et je le trouve très ambitieux.

Il est un mélange de film noir, de science fiction, de romance, de comédie musicale (le personnage de Rebecca Ferguson pousse la chansonnette).

Il y a, au casting, de très bonnes actrices (Rebecca Ferguson que j’avais adoré dans Dr Sleep, Thandwie Newton qui a toujours été impeccable depuis Urgences) et de très bons acteurs (même si Hugh Jackman prend beaucoup de temps d’écran).

Il y a un charme visuel, de très bonnes idées.

La principale est assez chouette : avoir un monde, un univers assez atypique qui semble avoir vécu avant et qui vivra après le film. On suit une petite histoire dans la grande histoire et c’est toujours bien d’avoir ce sentiment dans une narration.

On retrouve le thème de la mémoire, du rêve et de la sensation et je trouve le film assez poétique et joli.

J’ai aimé le film pour sa dimension comédie romantique, pour son ambiance visuelle, pour son monde qui surnage en dessous de la ligne de flottaison.

Le principal défaut est que l’on a le sentiment de survoler la partie science fiction. On aurait pu situer le film dans le passé sans que la trame principale ne puisse être trop altérée.

De plus, si vous recherchiez du mystère ou un retournement de situation malin, vous serez déçu. Même si le film fait penser à Dark City, à Inception, à Bienvenue à Gattaca, à Passé Virtuel, on a plein d’éléments très intéressants mais qui ratent à faire un tout cohérent (contrairement aux films précédents).

Peut être que l’on a affaire au syndrome « premier film » qui fonctionnent en général par addition (une succession d’élément qui finissent par se parasiter) alors que l’on conseille généralement de travailler en mode soustraction pour ne garder que les éléments essentiels et cohérent entre eux.

Mais cela reste un film assez plaisant, j’ai accroché à l’histoire, notamment avec une bonne alchimie entre Hugh Jackmann et Rebecca Ferguson et une très belle mise en image.

Ca reste assez impressionnant pour un premier film à la réalisation et au scénario : ça donne envie de suivre la carrière à venir de Lisa Joy.