Cinéma  En salle

Old

Ca m’arrive rarement : d’habitude je prends le temps de digérer un film avant d’écrire une critique.

Mais Old m’a poussé à me mettre dans un café dès la sortie de la salle et de rédiger une critique.

Autant vous révéler ce que je pense du film tout de suite. Je n’ai pas aimé.

On y suit un groupe de personnes, bloquées sur une plage, où des éléments surnaturels se produisent.

Dans les points positifs, la mise en scène de M. Night Shyamalan est toujours très précise et efficace. Avec de longs plans séquences et des travellings latéraux qui font des va et vient, comme le ressac des vagues sur la plage.

Si Shyamalan est un très bon réalisateur, sur ce film, il montre qu’il est (parfois) un mauvais scénariste et dialoguiste. C’est un vrai contre-exemple de Kaamelott sur tous les points.

Une plage avec un temps où les minutes représentent des années aurait été un moyen intéressant de parler du côté éphémère de l’existence, des enfants qui doivent grandir trop vite, des évolutions de notre corps.

Je ne sais pas s’il y a eu une pression du studio pour ajouter une tension de manière artificielle au récit. Les scènes de pseudo horreur sont toutes ratées (dont une très très nulle).

Mais le gros point noir, pour moi : les dialogues et le fait que les personnages parlent TOUT LE TEMPS. J’aurais du compter le nombre de fois où les personnages se présentent aux autres, où ils ne font que décrire leur action.

Je ne suis pas scénariste de cinéma, mais il y a une règle : Show, don’t tell (Montre, ne raconte pas).

On sent le scénariste qui essaie de TOUT justifier avec un dialogue.

Un exemple : le héros statisticien qui ne parle qu’en probabilité.

De plus chacun des personnages possèdent un métier qui va les aider à comprendre les mystères de l’île. Et sincèrement, j’en ai rien à fiche des mystères de la plage. Ce qui m’intéresse, c’est ce que le surnaturel révèle chez les personnages.

Dans le film, on sait tout des personnages dès les premières minutes.

Les personnages sont là pour nous faire comprendre l’histoire alors qu’il aurait été plus intéressant (selon moi) que l’histoire nous aide à comprendre les personnages.

Pourtant le casting est super, les acteurs talentueux mais la moindre émotion est exprimée à haute voix. C’est un film qui semble ne pas faire confiance

  • ni à ses acteurs qui n’ont aucun moment de silence, aucune scène proche de leur visage pour faire passer un sentiment
  • ni au spectateur où tout le monde répète tout dix fois (je ne compte pas les fois où les personnages, se présentent décrivent leur métier, disent ce qu’ils pensent à haute voix (même des pensées intimes qu’ils ne devraient pas dire en face des autres personnages)

Le Sixième Sens n’explique pas pourquoi le petit garçon voit les gens morts : on s’intéresse aux conséquences de ce pouvoir sur un enfant.

Incassable n’explique jamais les pouvoirs de David Dunn mais de comment cela affecte son estime de lui, de ses relations avec sa famille.

C’est triste de voir un cinéaste aussi expérimenté (et ayant déjà fait beaucoup d’erreurs) tomber dans les travers aussi basiques.