// Un petit mot sur Streets of Rage 4 par Axlstone

On est en 1992. j’ai attendu tout le mois de décembre. On avait commandé le jeu sur le catalogue la Redoute. Je relance ma mère quotidiennement pour voir si le colis est arrivé. Les notes de Joypad et de Consoles + ne sont pas stratosphériques mais j’ai lu et relu, épluché chaque image du jeu.

Le jeu arrive et je passse un temps infini avec ma soeur sur ma Megardive, la cartouche restera vissée très longtemps dans la console.

En 2018, DotEmu publie une vidéo qui va relancer mon petit coeur d’adolescent. Comme en 1992, j’ai scruté chaque image, chaque vidéo avant la sortie du jeu. J’avais un compte à rebours mental jusqu’au 30 avril 2020.

Et malgré certains sceptiques :

  • sur la Direction artistique de Ben Fiquet et Julian You qui reprend des influences BD, Manga ou Comics
  • sur la Bande Originale avec un peu de Yuzo Koshiro (SOR1, 2, et 3), de Motohiro Kawashima (SOR 2 et 3) pour les compositeurs historiques, du Yoko Shimomura (Street Fighter), Keiji Yamagishi (Ninja Gaiden), Harumi Fujita (Megaman), Scattle (Hotline Miami) et beaucoup d’Olivier Derivière (qui assure)
  • Sur le Gameplay délivré par Guard Crush Games qui fait la part belle aux combos, aux aerials et aux rebonds sur les murs

J’ai adoré ce nouveau jeu. Il fait parti des jeux qui resteront longtemps dans ma mémoire.

Je ne savais pas si le jeu pouvait plaire au delà de ma nostalgie. J’ai fait découvrir le jeu des amis de mon âge amis aussi à leurs enfants et tous ont adoré l’ambiance, la musique, le jeu. Il y a une part de transmission, où les gens se réunissent autour d’un jeu fun, accessible, coloré, avec du challenge pour ceux qui veulent.

J’avoue que chaque partie avec ma soeur, c’est un rappel du lien qui nous unit. Ce n’est que du jeu vidéo mais ca compte énormément pour moi.

// Les Commentaires par les internautes ;)