// Un petit mot sur Star Wars IX (The Rise of Skywalker) par Axlstone

C’est compliqué de parler de cet épisode 9.

Comme beaucoup, sur cette nouvelle trilogie, on attendait une feuille de route bien définie, un fil rouge qui unirait les trois épisodes.

Dans le 7, J.J. Abrams posait les bases.

Dans le 8, Ryan Johnson a proposé autre chose.

Le 9 devait apporter finalement ce lien entre les 3.

Il n’en est rien. On est face à un épisode 8 remix.

S’il est compliqué pour moi d’en parler, je n’aurai pas voulu être le scénariste de cet épisode 9. Entre Disney, les Fans de la première trilogie des années 70-80, les Fans de la « pré »logie des années 90, les Fans du 7, les Fans du 8 : devoir contenter tout le monde était Mission Impossible. Malheureusement, on sent que le scénario essaie et, finalement, ne sait pas sur quel pied danser.

Aussi, pour les qualités : du casting à la réalisation, ça reste une très belle production. Les moments de grands spectacles sont au rendez-vous. L’alchimie entre Daisy Ridley et Adam Driver est crédible. Le casque de Kylo Ren avec les félures est une grande idée de design. Les décors, les images de synthèses, la scène entre le vaisseau de Kylo et Rey uniquement armée d’un sabre, un flash back avec Mark Hamill et Carrie Fisher, un combat face à une mer déchainée sont des moments où j’ai tremblé sur mon siège.

Les personnages de Kylo Ren et de Rey restent les mieux écrits et les plus intéressants à suivre dans l’aventure.

Je suis déçu que Poe et Finn restent en retrait dans cet épisode.

Reste le scénario : trop rapide, trop expéditif, avec des éléments très « ta gueule c’est magique », de la collecte d’objets comme dans une quête de jeu vidéo, mettant de côté des personnages importants, introduisant des nouveaux juste pour être des fonctions, avec un montage trop épileptique qui ne laisse jamais le spectateur souffler (ça peut être un avantage, mais il faut laisser des moments pour que le spectateur puisse comprendre les enjeux), une bataille finale brouillonne et deux grosses « maladresses » à la fin.

Comme beaucoup de films récents : on ne sait plus écrire de méchants. Dark Vador était une menace permanente, implacable et le Palpatine des épisodes précédents était un sournois manipulateur. Même s’il était compliqué de réintroduire une nouvelle menace dans le cet épisode 9, il y avait moyen de l’iconiser et de la rendre tangible sans forcément faire appel à des vieux clichés, vus et revus dans les épisodes précédents.

J’ai beaucoup aimé le voyage de Rey et de Kylo Ren dans cet épisode, c’est pour ça que je ne veux pas être trop méchant sur le film, mais il y avait (je pense) une autre approche scénaristique, une autre façon de créer une menace que de faire de la nécromancie. Ca donne vraiment un sentiment de trilogie cassée, là où la prélogie (malgré tous ses défauts, avec laquelle j’ai toujours du mal) possède un fil rouge cohérent.

// Les Commentaires par les internautes ;)