// Un petit mot sur A Couteaux Tirés par Axlstone

Contrairement au film, je vais vous enlever tout suspens quant à cette critique : j’ai trouvé le film très intéressant.

C’est un film ou on joue et on s’amuse, comme les acteurs qui visiblement ont bien aimé sortir de leurs habitudes :

  • Daniel Craig, inspecteur taquin et facétieux, loin de James Bond
  • Chris Evans, enfant arrogant et pourri gâté, loin de Captain America
  • Toni Colette, belle mère new age et dépensière, loin des drames et des films d’horreur
  • Michael Shannon, fils indigne dans l’ombre de son père, loin des rôles de fou ou de méchants
  • Jamie Lee Curtis, en femme belle, forte et ambitieuse, loin de euh… non comme d’habitude, mais plus glamour que dans le dernier Halloween.
  • Et… euh, ils sont tous tellement bons…

Je ne vous épargne pas la phase casting car il est de qualité et ce serait dommage d’en oublier. Et c’est une des principales raisons de voir ce film. Si vous avez un attachement à l’un de ces acteurs, vous serez content de le voir dans un registre inattendu.

Mais la révélation est aussi une des héroïnes de l’histoire, Ana de Armas dont la sensibilité fait que l’on s’attache à elle assez rapidement.

Après, je ne veux pas trop vous raconter l’histoire pour que vous découvriez le film.

Pour la petite analyse, j’ai eu du mal à situer l’époque du film et le lieu. j’ai cru pendant un long moment que le film se passait en Angleterre dans les années 90 (un ordinateur avec windows XP allant dans mon sens) avant de me rendre compte que le film se passe dans l’Amérique des années 2010 (références appuyées à Trump). Ce film est, selon moi, une fable avec un petit message politique à charge contre le rêve américain, qui n’a pas de barrière en théorie, mais qui se heurtent en pratique à un mur érigé par une élite blanche déjà riche. Mais c’est vraiment en filigrane et ça ne transparait que si l’on met le doigt dessus.

Rian Johnson, comme Josh Whedon avant lui et son Much Ado About Nothing, sort d’une grosse machine (Staw Wars 8) et fait un film un peu plus modeste en terme d’enjeu commercial mais tout aussi ambitieux artistiquement.

Un film du genre Whodunit (who done it ou Qui l’a tué, soit quiilafait en FR ?) mélangé avec du Columbo, de l’humour et de bons acteurs : on peut passer un pire moment au cinéma en ce moment.

// Les Commentaires par les internautes ;)