// Un petit mot sur Star Wars VIII (The Last Jedi) par Axlstone

Quelque chose de différent. C’est à la fois un soupir de soulagement, un changement nécessaire et un peu d’inquiétude.

C’est ce qui a été difficile à dire, à exprimer, depuis la sortie de la salle jusqu’à ce texte.

L’épisode 7 était proche de l’épisode 4 et c’était à la fois sa force et sa faiblesse.

L’épisode 8 change beaucoup de choses et c’est à la fois sa force et sa faiblesse.

J’avais dit que Star Wars 8 devait changer de formule, il devait sortir du décalque des épisodes passés pour amener les spectateurs vers quelques chose de nouveau.

Rian Johnson a posé sa patte sur Star Wars, là où J.J. Abrams n’avait été qu’un recopieur appliqué.

On peut voir, dans les remarques de Snoke à Kylo Ren, tout au long du film, des petites piques gentilles entre réalisateurs.

Rian Johnson s’égare un peu : quelques grosses facilités pour le personnage de Leia, une planète en CGI loupée et sans interêt, une fin qui n’en finit pas de finir (un peu comme Looper). Le rythme global du film est étrange, on ne ressent pas la structure habituelle en 3 actes. On sent que tout est plus complexe et que le scénario a été compliqué à écrire / re-écrire /re-re-écrire.

Rian Johnson sait faire des coups d’éclats : il a réalisé l’épisode de « la mouche » dans Breaking Bad. Il sait faire fit de la routine d’une série et à fortiori, d’une Saga.

Rian Johnson fait du bien. Il amène la saga  vers quelque chose d’intéressent. Il désamorce certaines situations avec humour, il développe la mythologie sur de nouvelles bases. C’est, pour moi, assez intéressant et j’ai franchement hâte de voir la suite. Si l’on s’attendait à plein de choses à la fin du 7, on peut attendre plein de choses différentes nouvelles pour l’épisode 9.

Le message est assez novateur : les jedi ne sont pas des élus : la force est en toute chose et elle s’équilibre. Si le côté obscur monte, le côté clair émerge.

Et visuellement : c’est super beau. Si Star Wars n’a jamais brillé hormis ses effets spéciaux, The Last Jedi possède une patte, un visuel beau, prenant, une esthétique. On a un réalisateur au commande et ça fait du bien. Après les Marvel super lisse et les films d’animation calibré, j’ai soufflé quand j’ai vu enfin des visuels et des images qui ont du sens.

Je n’attendais rien, je n’ai pas développé de théories après le 7. Tout ce que je souhaitais, c’était un film avec des surprises et bien réalisé, un film avec un peu de magie, qui me fait vibrer comme un enfant.

Si vous avez des problèmes d’assurance et de virilité, si vous avez sacralisé les Jedi, si vous avez pensé que la force ne devait être l’apanage des élus et des élites,: continuer à pleurer voire déverser votre haine sur les réseaux sociaux. Si vous n’avez pas aimé, je peux comprendre et ce sont des choses qui arrivent. Mais ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain.

Vous n’enlèverez jamais de ma mémoire le moment où Stéphane/10 ans a fait un high five au Stéphane/40 ans.

 

// Les Commentaires par les internautes ;)