// Un petit mot sur Réalité par Axlstone

Un film avec Chabat. Un film de Quentin Dupieux. Mon niveau de curiosité est donc multiplié par 4.
C’est avec beaucoup d’impatience que je voulais voir ce film.

Autant le film de l’année dernière, Wrong Cop, possède un degré absurde qui peut être acceptable, autant Réalité est très proche de Rubber dans sa dimension meta.
Rubber, a posteriori, est un film sur la suspension consentie d’incrédulité des spectateurs, faisant exploser tous les quatrièmes murs, mettant en scène des spectateurs à l’intérieur du film.
Réalité est, d’après les nombreux indices, une suite, une autre facette de Rubber. Le point de vue de celui qui est derrière la caméra.

Je ne veux / peux pas faire de liste exhaustive sur les métaphores qui se trouvent dans le film. Que ce soit les propos du père sur le contenu d’un sanglier qui ne sert à rien, le fait que le personnage de Chabat soit cameraman et celui d’Elodie Bouchez soit psy, sur le film dans le film, sur les clins d’œil à un film qui s’appelle Rubber 2. Il y en a tellement que j’ai du en louper lors de sa première vision. On devine le degré de folie, la détresse créative, les pressions qui entourent la création d’un scénario, d’un film. Mais si vous avez la curiosité de voir ce film, je ne veux pas tout vous raconter.

On baigne dans une une lumière Instagram délavée, les personnages utilisent un matériel obsolète. On nage dans une réalité datée. Comme beaucoup de films de Dupieux, on perd rapidement les repères spatiaux et temporels au bout d’un moment.

L’unique musique minimaliste de Philip Glass renforce pour moi l’ambiance de ce film.

Si je suis emballé ? Oui parce que le film me parle beaucoup.
Si je peux vous conseiller ce film ? Tout dépend de votre degré de tolérance face à Rubber 🙂 .

// Les Commentaires par les internautes ;)

Par // Tematek // Au Poste ! Le 18/08/2018

[…] Reality/Réalité est un de mes films préférés. La présence d’Alain Chabat au casting n’y était pas étrangère. […]