// Un petit mot sur The Babadook par Axlstone

Une femme, un enfant, livrés à eux-mêmes : C’est aussi le point de départ de Darkwater (version Japonaise, s’il vous plait : PAS la version US)

Le film Japonais est un de mes films d’horreur préféré car il installe un ambiance lourde plutôt que du gore ou des sursauts sur des coups de violons stridents.

Le film Australien, dont c’est ici la review, est dans le même registre.

Il est très bien filmé et très esthétique. C’est un premier long métrage qui reprend la base d’un court de la réalisatrice (et scénariste : On sent l’écriture cathartique).

Comme dans Darkwater, tout au long du film, on ne va pas se demander quels sont les origines du monstres. On va plutôt chercher ce qui se passe dans la tête de la mère célibataire, déjà bien amochée en début de film. C’est justement ce que je trouve intéressant. Au lieu de nous imposer une origine paranormale comme le ferait un film américain (Mama, Possédée, The Conjuring), le film reste dans la suggestion, concentré sur le point de vue de la mère. L’actrice principale est dans toutes les scènes.

Si Darkwater tourne autour de l’angoisse d’être une mère célibataire dans une société traditionnellement paternaliste, Babadook parle plus du deuil, de la dépression et de l’acceptation de la perte d’un proche. Essie Davis joue en subtilité et égraine les indices sur l’état de sa santé mentale. Les acteurs sont tous très convaincants. Quelques passages me semblent injustifiés et la fin précipitée mais dans l’ensemble, on passe un bon moment.

Je dois être devenu insensible à force de jouer à Silent Hill et à avoir passé mon enfance à regarder la Quatrième dimension, mais je n’ai pas eu peur. Il y a aussi mon « super pouvoir : je suis à côté des gros relous de la salle » qui m’a fait sortir du film à quelques occasions (mes voisins étaient comme dans leur salon : en survet, en commentant, en buvant bruyamment et en regardant leur smartphone). Donc si vous avez une salle calme ou un home cinéma qui vous promet une bonne immersion, ça devrait (bien/mal se) passer.

// Les Commentaires par les internautes ;)

Par // Tematek // Krampus Le 14/05/2016

[…] par la qualité visuelle du film. Je m’attendais à une image terne et réaliste comme pour Mr Babadook . Le film est plutôt coloré, bien filmé, avec de jolies trouvailles visuelles et des passages […]