// Un petit mot sur Blue Ruin par Axlstone

Ce film est plutôt un film sur la forme. Pour le fond, il s’agit d’une histoire de vengeance. Il a bien sûr sa part de mystère et de retournement de situation mais on reste dans les codes du genre.

Donc sur la forme, le film développe sa propre esthétique. À la fois crue, poétique, avec une tension visible.

C’est sûrement à cause de la couleur bleue qui est omniprésente, de l’affiche à chaque plan du film. Comme dans Sixième sens où le rouge (couleur du sang) se retrouve dans chacune des images, ici le réalisateur y glisse du bleu pour symboliser la peur. De la voiture, à la bâche. Donc si comme moi vous êtes sensible à ce genre de détail, vous allez passer tout le film à trouver le « something blue » dans chaque mouvement de caméra (il y a un plan sur la fin où je n’ai pas trouvé).

Hormis ce détail rigolo, clin d’œil de cinéphile, le film est très prenant, avec une réel tension, réaliste dans ses intentions et assez réussi.

Tout ce petit monde est donc à suivre, de l’acteur principal au physique banal mais trompeur au réalisateur qui est sobre mais efficace.

Je n’ai pas fait attention à la musique (un peu absente).

C’est difficile pour moi de vous parler du ressenti sans vous parler de la technique (chose que je mets de côté habituellement). J’essaie de vous faire des analogies mais je n’ai pas de film récent pour lequel j’ai eu le même ressenti. Alors je me dis que ça peut être, ça, en tant que tel, un bon argument.

// Les Commentaires par les internautes ;)

Par // Tematek // Cold In July Le 03/01/2015

[…] Tarentino, Nicolas Winding Refn, mais en plus sobre. Même si dans le même genre, je trouve Blue Ruin meilleur. Un bon moment et des […]