Cinéma  En salle

Doomsday

Neil Marshall nous pond un film « hommage » qui fait un énorme clin d’oeil aux films John Carpenter, à Mad Max, à James Bond et au films épiques…

Ca vous semble indigeste vu comme ça. Ca l’est car le film à force de montrer qu’il aime toute ses références perd en cohérence.

Dommage car Neil Marshall nous a fait un superbe film avec the Descent (je n’ai pas vu Dog Soldier). Celui-ci est moins bon, moins fini et surtout moins subtil dans son histoire.

Et oui dans un film il ne faut pas oublier de raconter quelque chose.